12 Mai 2004 -
La royale Moncrabeau élevée au rang de chef-d'oeuvre du patrimoine orale et immatériel
de la communauté francaise de Belgique.



Trois manifestations folkloriques de la région de Namur ont été officiellement reconnues chefs-d'oeuvre
du patrimoine de la Communauté française de Belgique.



LE MINISTRE Christian Dupont a officiellement élevé trois traditions populaires et folkloriques namuroises au rang de " chefs-d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de la Communauté française ".
Les trois élus sont la société royale Moncrabeau de Namur, les échasseurs namurois et les marcheurs de la Saint-Feuillen de Fosses-la-Ville.

Ces manifestations ont été labellisées comme tel pour leur ancienneté, mais aussi pour le maintien intact de leurs traditions et la ferveur qu'elles provoquent auprès de la population locale.
Au son du Bia Bouquet
Hier, lors d'une petite cérémonie à l'hôtel de ville de Mons, des délégations des trois sociétés ont reçu un diplome des mains du ministre.
La remise de ces honneurs a été ponctuée d'airs de fifres, mais aussi d'un Bia Bouquet entonné par quelques molons.
Cette reconnaissance, si elle est purement symbolique, satisfait toutefois les responsables de ces diverses manifestations. ´ Pour nous, il s'agit d'un aboutissement, nous a expliqué Daniel L'Hoir, des molons.
Il s'agit d'une récompense pour 160 années d'un travail quotidien mené pour la défense de notre identité culturelle.


(c) Patrick LEMAIRE

Flatté par l'honneur réservé à son folklore, il a pourtant été étonné d'apprendre, la semaine dernière, que les molons étaient retenus parmi les lauréats.
La société Moncrabeau n'avait en effet remis aucune candidature en ce sens !
Il espère bien entendu que cette reconnaissance permettra d'accroitre la notoriété de son groupe. Mais secrètement, comme les responsables des quinze groupes couronnés hier, Daniel L'Hoir espère aussi profiter de l'occasion pour débusquer l'un ou l'autre soutien financier.
J'assimile cette reconnaissance à une confiance de la part de la Communauté française, nous a-t-il expliqué. J'estime que cette nomination constitue pour elle un engagement. Dès lors, j'espère aussi qu'elle nous permettra d'obtenir une aide financière en cas de coup dur
La société royale Moncrabeau n'est pas la seule à lorgner vers la cassette dorée de la Communauté. Du côté des échasseurs, on signale aussi que le maintien d'une tradition vierge de toute modernité se paie cher.
Rien qu'une paire d'échasses coûte 200 euros, nous signale le président Claude Wilmart.
Nous les fabriquons à l'ancienne, en bois. Cela nécessite un important fonds de roulement !
La reconnaissance n'est heureusement pas qu'une question d'argent pour son groupe. Il se dit d'ailleurs très fier de ce titre.
Je suis heureux de m'apercevoir que la Communauté française ait décidé de mettre en avant des groupes qui perpétuent la tradition populaire, s'est-il exprimé à l'issue de la petite cérémonie. Nous ne nous sommes pas laissés entraîner par les dérives modernes de la fête estudiantine ou de la guindaille. C'est ça qui fait que notre qualité est aujourd'hui reconnue .
La Saint-Feuillen, parmi six marches
Du côté de Fosses-la-Ville, les marcheurs pavoisaient également, dans la salle de l'hôtel de ville montois. Le bourgmestre Benoît Spinex est aussi rentré avec le parchemin sacré entre les mains.
Les Fossois devront cependant attendre septembre 2005 pour festoyer autour de l'événement, puisque la marche Saint-Feuillen n'a lieu que tous les sept ans.
Cette spécificité, ainsi que l'ancienneté et le nombre de marcheurs qui y prennent part, lui a permis d'intégrer le peloton de tête des marches reconnues par la Communauté française.
Elles sont au nombre de six. On y dénombre la marche Notre-Dame de Walcourt, mais aussi la Sainte-Rolende de Gerpinnes, la Madeleine de Jumet et les Saint-Roch d'Ham-sur-Heure et de Thuin.

Portrait des trois lauréats


Voici donc trois premières traditions namuroises élevées au rang de chefs-d'oeuvre oral et immatériel de la Communauté française. D'autres pourraient peut-être suivre, dans les années à venir.
Mais qui sont ces décorés ?
Petit rappel...

# La Société royale Moncrabeau.
Il s'agit d'une société "mirlitophile ". Derrière ce terme un peu fou se cachent quarante personnages à l'apparence aussi burlesque. Pas un de plus. Cet ensemble constitue une fausse fanfare avec des instruments ubuesques faits de bric et de broc. Fondée en 1843, la société Moncrabeau poursuit un but philanthropique.

# Les échasseurs namurois.
Ne dites pas échassiers, bien qu'ils se hissent sur de solides échasses en bois. Depuis trente ans, le troisième dimanche de septembre, se déroule une importante joute opposant les Mélans et les Avresses.

# La marche Saint-Feuillen.
Se déroulant tous les sept ans, la Saint-Feuillen est devenue un rendez-vous incontournable pour les amateurs de marches folkloriques de l'Entre-Sambre-et-Meuse. Elle rassemble plusieurs milliers de marcheurs au centre de la petite ville. La prochaine sera organisée en septembre 2005. Sa première édition daterait de 1086 !

Merci à Patrick LEMAIRE de Vers l'Avenir édition Namur 13-05-2004